Android : les utilisateurs européens libres de choisir leur navigateur internet

Suite à une condamnation des instances européennes, Google a pris la décision de laisser ses utilisateurs de smartphones Android libres de choisir leur propre navigateur et moteur de recherche internet.

La nouvelle a été annoncée la semaine dernière par Kent Walker, vice-président aux affaires juridiques de Google. La firme américaine va désormais laisser ses utilisateurs européens sous Android choisir leur navigateur et leur moteur de recherche Internet. La raison : une décision rendue par la Commission européenne qui, en juillet dernier, pointait un « abus de position dominante » de la part du géant américain vis-à-vis d’Android et condamnait l’entreprise à payer une amende de près de 5 milliards.

Informer les utilisateurs sur la diversité des navigateurs

A l’avenir, Google va donc informer les utilisateurs de mobile sous Android sur les possibilités s’offrant à eux en matière de navigateurs internet. Ceci se fera par le biais de Google Play, qui sera chargé de communiquer sur les « services de recherche supplémentaires » disponibles sur le store pour les appareils. Ainsi, Google Chrome sera proposé aux côtés de Mozilla Firefox, Brave ou encore Opera.

Des moteurs de recherche moins populaires, tels que DuckDuckGo ou Bing, seront quant à eux probablement regroupés sous la bannière de Google Search.

Une installation facilitée sur les appareils Android

Google Play permettra en outre de faciliter l’installation d’un nouveau navigateur, par le biais d’une boîte de dialogue qui indiquera les moteurs de recherche déjà installés sur l’appareil et permettra de configurer de nouvelles applications par défaut. Ainsi, Google Play, Google Chrome et l’onglet Google Search seront bien trois choses distinctes, qui permettront à un utilisateur Android d’accéder aux services de Google Play (téléchargements, jeux, etc.) tout en s’informant sur un moteur de recherche autre que Chrome.

Jusqu’à présent, les internautes n’avaient pas le choix et devaient de fait utiliser les services du moteur de recherche Google Chrome et du navigateur Google Search, installés d’office sur leur smartphone. Une décision qui permet de laisser plus de liberté aux utilisateurs, en assouplissant les configurations système imposées par les fabricants. Ce changement permettra en outre à Google d’en apprendre davantage sur les choix et habitudes des utilisateurs quant à leur utilisation des navigateurs sur mobile.

Notons que la décision de Google est rétroactive, et les anciens utilisateurs d’appareils européens pourront configurer leur mobile en fonction de leur choix.

Source : Clubic

Laisser un commentaire

+ vingt cinq = 26